Notre époque a développé une médecine de
pointe pour le
sportif,
mais a ignoré les musiciens. Et nous trimballons
une sorte de honte à avouer
nos souffrances
physiques,
comme si nous n’avions pas de corps.

- Léon Fleisher

Le musicien est un magicien qui transforme une émotion en son et un son en émotion. Un athlète dont le bien-être physique, et donc mental, va forcément influer sur la pratique de sa spécialité. Un assidu pour qui douleur rime bien trop souvent avec performance.

Tels des sportifs de haut niveau, les musiciens exposent leur corps à d'importantes contraintes. Déceler ces contraintes et les corriger est d’une importance capitale afin d’éviter toute compensation pathologique pouvant mener à la longue à des troubles plus difficiles à traiter et altérant la pratique de l’instrument.

Douleurs, raideurs, contractures musculaires, crampes, tendinites, surmenage, dystonie sont le résultat d’une mauvaise posture à l’instrument. Déceler les mouvements pathologiques, comprendre comment se servir au mieux de son corps pour mieux se placer à son instrument et instaurer une ergonomie de mouvement sont les objectifs visés lors de la prise en charge posturale du musicien.

Afin de répondre encore mieux aux besoins des musiciens, votre chiropracteur suit la formation médecine des arts-musique. En savoir plus…

Généralités

La respiration est la première et la dernière action que l’on fait au monde. Quel que soit l’instrument pratiqué, elle est la première chose sur laquelle travailler. Une respiration correcte est primordiale pour garder son calme et être relaxé à l’instrument.

La posture, que l’on soit assis ou debout lors de la pratique, est à surveiller de près. Une torsion, même légère et discrète du bassin, des épaules ou de la tête par exemple peut entraîner toute une dysfonction au niveau de la chaine de mouvements et mener, après des années de compensation, à des douleurs réellement handicapantes lors du jeu. La posture idéale implique un minimum de tension, un minimum d’énergie, un maximum de mobilité pour un maximum de possibilités.

L’équilibre entre les muscles agonistes et antagonistes (muscles ayant une action opposée) est la clé pour une performance prolongée et indolore.

Pour moi c’est naturel de jouer de cette manière... un mouvement qui parait naturel est en fait une recherche de facilité dans la réalisation d’un mouvement et ne va pas forcément respecter une bonne répartition des forces entre plusieurs groupes de muscles. Le problème est que le naturel dérive rapidement en habitude, le geste non équilibré va se dégrader petit à petit et s’inscrire dans le cerveau en tant que schéma qu’il est alors très difficile de changer.

Le manque de liberté physique devient un obstacle. Une personne ayant une bonne ergonomie à son instrument mais peu de talent ira plus loin qu’une personne ayant du talent mais une mauvaise ergonomie.

Batterie

La technique et la puissance de jeu sont très différentes en fonction du genre musical. Les dysfonctions de poignets et d’avant-bras seront à la batterie jazz ce que les atteintes d’épaules et du rachis seront plutôt à la batterie métal.

La position assise du batteur est à surveiller car elle est le socle
de beaucoup d’anomalies de posture :

Une assise trop haute provoquera une hyperlordose lombaire (dos trop cambré) compensatrice et mènera aisément vers des douleurs dans la région lombaire (bas du dos), des sciatiques, cruralgies, douleurs fessières…

À l’inverse une assise trop basse se répercutera plutôt sur la zone cervicale et dorsale (haut du dos) en provoquant une hypercyphose dorsale (dos rond). Dans cette posture, les muscles autour de l’omoplate sont étirés et ne jouent plus correctement leur rôle de stabilisateur. Douleurs entre les omoplates, douleurs d’épaules et cervicalgies seront alors fréquemment rencontrées.

Guitare & Basse

Douleur de l’avant-bras, perte de force, douleur des trapèzes, douleur entre les omoplates, crampes dans les mains, fourmillements, maux de dos, maux de tête…

À l’origine ?
Une torsion du bassin et/ou des épaules, une mauvaise utilisation des omoplates qui ne jouent pas leur rôle correct de stabilisation.

Exemple pour un droitier jouant en position debout :
Une main droite cassée en flexion, un avant-bras droit posé sur l’instrument → augmentant, à travers la lanière, le poids de l’instrument sur l’épaule gauche → une épaule gauche affaissée → une mauvaise utilisation du bras gauche, privé de sa liberté de mouvement → des doigts hypermobiles compensant une épaule hypomobile… et ce n’est que le commencement d’un cercle vicieux infernal.

En plus du traitement chiropratique et de la rééducation posturale, des exercices simples visant à ressentir, visualiser et retrouver le bon mouvement seront proposés.

Instruments à vent

Les douleurs du masque ou de la gorge, survenant souvent soudainement de manière fortuite même après des années de pratique sont la preuve d’une compensation due à :

  • - Une mauvaise respiration
  • - Une mauvaise utilisation des muscles de la langue
    (notre langue est composée de 17 muscles)
  • - Une mauvaise utilisation des muscles du pharynx et du larynx

Le muscle diaphragme s’insérant sur les 3 premières vertè- bres lombaires, sera volontiers à l’origine de douleurs du bas du dos dans le cas d’une mauvaise utilisation de celui-ci. Des problèmes d’épaule ainsi que des douleurs entre les omoplates peuvent également survenir, avec des épaules enroulées vers l’avant.

Un travail non seulement sur les muscles de la région oropharyngée, mais également sur les muscles respiratoires et la ceinture scapulaire sera capital pour ce type d’instrument.

Piano

Si l’arche (voûte) de la main s’effondre lors du jeu, la synergie de travail fléchisseurs / extenseurs de la main sera brisée.

Résultat:
Des muscles fléchisseurs devant travailler deux fois plus pour appuyer sur la touche du piano, des doigts en griffe, des muscles extenseurs tétanisés car surutilisés et un poignet rigide entrainant une restriction de liberté de mouvement de toute la ceinture scapulaire. Les coudes s’écartent alors et on se retrouve avec des tensions dans les épaules, entre les omoplates, des douleurs dans les mains, les poignets, les avants bras.

En plus du traitement chiropratique et de la rééducation posturale, des exercices simples visant à ressentir, visualiser et retrouver le bon mouvement seront proposés.

Violon

L’instrument doit être posé sur l’épaule, l’archet posé sur les cordes : il faut veiller à ce qu’il n’y ait pas de surpressions inutiles car ce n’est pas en forçant que l’on crée le son.

Toute torsion du bassin ou des épaules est à déceler, pouvant créer des dysfonctions de mobilité articulaire et des tensions musculaires vicieuses par compensation et surutilisation - se traduisant alors par des douleurs d’épaules, des bras, des tendinites. Des problèmes tels que des maux de têtes, douleurs et raideurs de nuque, douleurs entre les omoplates peuvent également survenir, le plus souvent dues à une hauteur de coussin mal réglée.

En plus du traitement chiropratique et de la rééducation posturale, des exercices simples visant à ressentir, visualiser et retrouver le bon mouvement seront proposés.

Violoncelle

La position du bassin et la cambrure du dos sont à analyser en priorité. Douleurs lombaires, respiration difficile / souffle coupé, douleurs entre les omoplates, fourmillements dans les doigts, maux de tête, douleurs cervicales prennent leur origine dans la position du bassin.

Un dos trop cambré (donc une assise trop en arrière) va provoquer une vrille du haut du corps, avec une épaule droite portée en avant et une épaule gauche obligatoirement poussée en arrière.

Une assise trop en avant provoquera en revanche une hypercyphose dorsale, un port de tête en avant et une difficulté à bouger les bras.

Chant

Les douleurs du masque ou de la gorge, survenant souvent soudainement de manière fortuite même après des années de pratique sont la preuve d’une compensation due à :

  • - Une mauvaise respiration
  • - Une mauvaise utilisation des muscles de la langue
    (notre langue est composée de 17 muscles)
  • - Une mauvaise utilisation des muscles du pharynx et du larynx

Le muscle diaphragme s’insérant sur les 3 premières vertèbres lombaires, sera volontiers à l’origine de douleurs du bas du dos dans le cas d’une mauvaise utilisation de celui-ci.

Du chant d’opéra au chant saturé de la sphère rock & métal, la technique (propre à chaque type de chant) est à surveiller de près et est à intégrer dans une parfaite ergonomie, posture et hygiène de vie.